Aux armes, citoyens!

Il existe une facette potentiellement bien plus dangereuse au coronavirus que la simple propagation de la maladie.

Par Guy Bertrand

La chose la plus épeurante que j’ai lue depuis l’arrivée du bon vieux Covid dans nos vies est sortie de la plume de Richard Hétu, dans La Presse+, ce jeudi. Ça s’appelle « S’armer pour affronter la COVID-19 », et si la lecture de ceci vous donne des frissons dans le dos, ben, rassurez-vous, ce n’est pas parce que vous avez de la fièvre.

En gros, ça raconte que des gens font la file pour s’acheter des armes à Long Island. Pourquoi? « Pour avoir un certain sentiment de sécurité », nous apprend le journaliste via un des rares acheteurs qui a bien voulu lui parler.

On en est rendu là. Les Américains commencent à s’armer pour se protéger des conséquences de la pandémie. Pas dans la campagne profonde. À Uniondale, à 55 km de Manhattan!

Dans un autre article, celui-là du New York Times, on nous raconte qu’un homme de Caroline du Nord achète une arme pour la première fois. En fait, il en achète deux : un revolver Taurus de 9 mm et une carabine semi-automatique AR-15. Ici, le journaliste Richard A. Oppel Jr nous explique que le citoyen Daniel Hill craint que la situation mène à l’effondrement de l’ordre public, à des vols et des saccages, « everything shutting down, like in a zombie movie ».

Comme dans un film de zombie!

Le kung-flu

Pour revenir à l’article de Richard Hétu, à la toute fin, il évoque un homme d’origine asiatique qui cherche à se procurer un fusil à pompe, parce qu’il croit que celui-ci aura un meilleur effet dissuasif que les deux armes de poing qu’il possède déjà. Il dit, notamment, ne pas aimer la façon dont certains gens le regardent en raison de ses traits asiatiques.

Si j’habitais les États-Unis, et si j’avais des traits asiatiques, je serais aussi inquiet.

Au Land of the free, la chose orange qui occupe le poste de président parle du chinese virus en référence à la COVID-19. Un membre de son administration fait encore mieux en évoquant le kung-flu devant une journaliste… d’origine asiatique.

Déjà, des histoires peu édifiantes circulent comme celle-ci d’un homme asiatique insulté et aspergé de Febreze dans une voiture du métro de New York.

Pendant ce temps, en Floride…

Vous avez certainement déjà vue cette vidéo du Washington Post devenue virale de jeunes Américains qui déplorent ne pas pouvoir profiter au maximum de leur Spring Break parce que les restos et bars ferment les uns après les autres.

Ben quoi? Ils viennent d’avoir 21 ans, et ont enfin l’âge légal de se défoncer! On ne vas pas les en empêcher en raison d’un tout petit virus de rien du tout?

Après tout, il n’y a pas si longtemps, leur grand leader les rassurait en leur disant qu’il n’y avait rien à craindre.

Et en plus, la chaîne télé favorite du gros orange laissait cette absurdité passer en ondes.

Depuis, Trish Regan a curieusement disparu de l’écran de Fox News. Mais le résultat de la désinformation demeure, si l’on se fie à ce qui se passe en Floride.

Ces jeunes Américains qui viennent des quatre coins des États-Unis, peuvent bien être déçus. Mais ils finiront bien par rentrer à la maison, peut-être avec un petit supplément bien plus toxique qu’une bouteille d’alcool dans leurs valises. Avec quelles conséquences?

La chute de l’empire?

Tous les empires de l’histoire ont fini par s’écrouler, souvent partiellement en raison d’un aveuglement volontaire. Ne serait-il pas ironique que la « maison du brave » soit finalement terrassée par un virus microscopique?

Personne ne souhaite voir l’Amérique s’effondrer et encore moins voir nos voisins être plongés dans une interminable nuit peuplée de morts-vivants au cours de laquelle on défendrait la dernière lingette désinfectante à coups de fusil ou de lance-missiles.

Et, Dieu merci, il y a suffisamment de gens sensés chez l’Oncle Sam pour calmer les ardeurs des plus hystériques.

Si seulement, au sortir de la crise, tous les Américains pouvaient reconnaître en Donald J. Trump le funeste clown qu’il est en réalité.

Il me semble que, malgré tous ses ravages, le petit virus aurait contribué à faire progresser l’humanité de façon bien importante.

Mais je ne retiens pas mon souffle… En fait, oui, mais seulement à l’extérieur de la maison.

2 réflexions sur “Aux armes, citoyens!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s